mercredi 24 août 2016

une matinée de conférences et du théâtre "Horace Bénédict de Saussure et le Relief des Alpes", samedi 27 août



De Saussure : une figure scientifique et montagnarde Genevoise 

Horace-Bénédict de Saussure a marqué l'histoire scientifique et montagnarde de la région genevoise chacun le sait - notamment en suscitant le course pour  la première ascension du Mont-Blanc dans un contexte de rivalité sportive et régionale sur les sommets. Surtout au collège qui porte son nom... Mais, une fois cela dit que savons-nous vraiment de ce personnage et de son époque,  des rapports à la montagne et à la science  ?


globe gnomonique
Une série de conférences ce samedi au musée d'histoire des sciences - magnifique bâtiment dans un écrin de verdure au bord du lac - face au Mont-Blanc, justement - vous permettra de découvrir quelques facettes montagnardes - avec le CAS - et scientifiques de ce personnage exceptionnel. 

http://www.histoire-passy-montblanc.fr/wp-content/uploads/2014/09/Voyages_Alpes_page_titre_T1_web.jpg    Voyages_Alpes_ed_2002_couv_web
Fig 1: Horace Bénédict de Saussure[img] [img] source : Culture, Histoire et Patrimoine de Passy


Horace Bénédict de Saussure et le relief des Alpes

Pour préparer la rentrée et en lien avec l'exposition temporaire "T'es où ?", les Salons Dufour, la Section genevoise du Club Alpin Suisse et le Musée d'histoire des sciences vous invitent à une matinée de conférences et de théâtre au Musée d'histoire des sciences :



Fig 2: Horace Bénédict de Saussure [img] source : MHS

Horace Bénédict de Saussure et le relief des Alpes
samedi 27 août
de 9h à 12h30 environ


Programme
Accueil, par L.-I. Stahl Gretsch (Musée d'histoire des sciences) et Marc Studer (président Les Salons du Général Dufour)
Conférences :
- Dufour et la création de la Section genevoise du Club Alpin Suisse, par Quentin Deville (président du Club Alpin Suisse (CAS), Section Genève)
- Les Pierres du Niton, par Jean Sesiano (Université de Genève et membre du Club Alpin Suisse (CAS), Section Genève)
- Le franchissement des Alpes par l'altimétrie, les triangulations et les cartes, par Martin Rickenbacher (Groupe de travail de l'histoire de la cartographie, Société Suisse de Cartographie, membre de la Commission historique des Salons du Général Dufour)
- L'évolution de la représentation du relief à travers l'Histoire, par Bertrand Levy (maître d'enseignement et de recherche au Département Géographie et Environnement de l'Université de Genève,  rédacteur du Globe (revue genevoise de géographie), membre de la Société de Géographie de Genève)
- Les expéditions de Saussure racontées par les reliefs, par Stéphane Fischer (assistant-conservateur au Musée d'Histoire des Sciences)
Théâtre :
 La lenteur du paysage – sur les traces de Horace-Bénédict de Saussure, d'après "Voyage dans les Alpes", par Natacha Jaquerod, Isabelle Bosson et la troupe de Théâtre Cie Le Facteur Sensible.


Gratuit et tout public, dans la mesure des places disponibles


jeudi 18 août 2016


Pour bien tomber  dans les pommes ?

Alors qu'on dispose de 114 génomes de plantes sur MapViewer (y compris Vitis vinifera (la vigne) et Theobroma cacao (le cacaoyer))  on n'y trouve pas la pomme...
Ce qui est intéressant est que l'on considère implicitement en évoquant LE génome d'une espèce  que ce génome serait unique, comme on a parlé longtemps DU génome humain. Ce changement de perspective est manifeste dans la recherche notamment avec le 1000 Genomes Project qui explore les implications de la diversité humaine  tutoriels et des vidéos ici )

Or la diversité à l'intérieur d'une espèce ( on parle parfois de biodiversité génétique) est cruciale au cours de l'évolution : ne sont parvenues jusqu'à nous que les espèces dont la diversité génétique leur a permis de s'adapter aux modifications du milieu au cours des millions d'années. 

Certains s'inquiètent de la réduction de cette diversité génétique - notamment dans les espèces cultivées - selon la FAO (ici), 75% de la nourriture mondiale est produite à partir de seulement 12 plants et 5 espèces animales. La diversité  à l'intérieur de ces espèces est d'autant plus importante alors qu'elle est réduite : 90% des variétés de ces espèces ont disparu selon ce même document.

Quelques références utiles sur les effets - pour l'humain -  de la baisse de Biodiversité :

Et la pomme alors ?



http://extension.illinois.edu/fruit/images/apple1.jpg
Fig 1: un petit échantillon de variétés de pommes [img] source marginalrevolution

Alors que la Pomme ne figure pas dans ces 12espèces, on sait que de nombreuses variétés ont disparu au cours du dernier siècle. Un temps on ne trouvait plus que les Golden dans les rayons des supermarchés.

De plus en plus on s’inquiète de cet appauvrissement et pas seulement à cause de la biodiversité génétique, mais aussi pour des questions gustatives ou sentimentales ( j'avoue que j'apprécie plus d'anciennes variétés de petits pommes acidulées que les fades golden... ) 
Une association au nom charmant de Rétropomme, vous propose ce week-end de déguster ces anciennes pommes dans une joyeuse ambiance. 

Une manifestation « Rencontre autour du fruit » samedi prochain

Rétropomme
Nous avons le plaisir de vous convier à notre prochaine manifestation intitulée « Rencontre autour du fruit » qui aura lieu au verger conservatoire d’Aclens (VD), le samedi 20 août prochain.
De 14h à 17h, venez visiter notre verger et déguster de nombreuses anciennes variétés de fruits de Suisse romande. Cette manifestation est gratuite et ouverte à toutes et tous!
Vous trouverez ci-dessous le lien pour le plan d’accès à la manifestation. Le verger est également accessible en transports publics, avec un bus vous déposant au centre du village d’Aclens. 
C'est ici : cliquer! 

En espérant vous y retrouver nombreux, nous vous adressons nos salutations les meilleures.
Pour Rétropomme
Ludovic Longchamp association Rétropomme Case postale 750 2002 Neuchâtel Tél : +41(0) 32 724 61 92 E-mail : info@retropomme.ch


Ne manquez pas la "nuit" de la science !


Pour de nombreux enseignants il n'y a pas d'apprentissage sans une part de jeu mais bien sûr des règles... 

Expériment@l suggère pour ceux qui ne pourront pas  venir et pour ceux qui pourront aussi :





Alors venez jouer, apprendre, ... Ne manquez pas :

Un des plus beaux évènements de science grand public, dans un cadre de rêve !

D'autant plus que l'évènement se tient dans le magnifique parc de la Perle du lac et au splendide musée d'histoire des sciences
...et que la "nuit" commence dès 14h samedi et 12h dimanche !
http://www.lanuitdelascience.ch
Vous y retrouverez le Bioscope, avec Les plantes dévoilent leur jeu stand 13



Un thème qui touche de nombreuses disciplines

Le monde scientifique peut être un vaste terrain de jeu. Pour le ou la néophyte qui va ainsi découvrir des phénomènes insoupçonnés ou des explications très rationnelles à des événements en apparence incompréhensibles ou pour l'averti-e qui va pousser plus loin ses connaissances.
Il y a deux ans, à travers les activités proposées lors de la Nuit de la science, nous étions invités à nous méfier des apparences. Aujourd'hui, les organisateurs de cette manifestation nous poussent à jouer le jeu, c'est-à-dire à se laisser embarquer dans un univers dont il faut apprendre quelques règles pour pouvoir mieux le comprendre.
Grâce une nouvelle fois à une belle collaboration entre les différentes institutions au service de la science, comme les musées scientifiques genevois, l'Université, les Hautes écoles, le CERN et un grand nombre associations gravitant dans le monde des maths, de la physique, de la chimie, de la biologie, de la biochimie, etc, le beau parc de la Perle du Lac sera transformé en un vaste terrain de jeu instructif.
La Nuit de la science permet de faire découvrir ce monde énigmatique à l'ensemble de la population, dans un esprit mêlant ludisme et sérieux. C'est le plus souvent par la rencontre que la compréhension est la plus aisée. C'est donc de telles manifestations que la Ville de Genève est fière de proposer, des événements permettant d'estomper les frontières entre « celles et ceux qui savent » et les autres, entre les générations.
Pour François Cavanna, « la science est un jeu dont la règle du jeu consiste à trouver quelle est la règle du jeu ». Je vous invite donc à la chercher et vous souhaite de la trouver !

Site du Musée d'histoire des sciences de la Ville de Genève
Parc de la Perle du Lac - 128 rue de Lausanne - 1202 Genève
Tél.: +41 (0)22 418 50 60 - Fax: +41 (0)22 418 50 61 - mhs@ville-ge.ch


Accès:
Bus 1 et 25 : arrêt Sécheron
Tram 15 : arrêt Butini
Mouettes genevoises M4 : arrêt Châteaubriand
Gare CFF de Genève Cornavin à 15 min à pied
Halte ferroviaire Genève Sécheron (lignes régionales) à 5 min à pied

Horaires:
Samedi 9 juillet: de 14h à tard dans la soirée
Dimanche 10 juillet: de 12h à 20h
Les stands de science sont ouverts en continu de 14h à 23h30 le samedi, de 12h à 19h le dimanche.
Le samedi, les animations dédiées spécialement au jeune public ferment plus tôt dans la soirée.
Les activités ont lieu par tous les temps grâce aux abris imperméables prévus à cet effet. 


Manifestation tout public et gratuite.

Renseignements:
+41(0)22 418 50 60
www.lanuitdelascience.ch

Sources

  • Rieber, L. P. (1996). Seriously considering play: Designing interactive learning environments based on the blending of microworlds, simulations, and games. Educational Technology Research & Development, 44(2), 43-58.
    http://it.coe.uga.edu/~lrieber/play.html

«L’UNIGE dans l’espace…,A la chasse des astroparticules», Une exposition à l'UNIGE 18-30 septembre


Mais ou est donc cette antimatière ?

Les physiciens du monde entier se demandent encore où est passée l'antimatière. En effet, la théorie du Big Bang implique qu'à l'origine de l'Univers, matière et antimatière étaient également abondantes. Jusqu'à présent, les scientifiques ont pu exclure l'existence de grandes quantités d'antimatière dans le voisinage de notre amas de galaxies. Mais qu'en est-il ailleurs ?
Afin de présenter ses travaux de recherche sur le rayonnement cosmique, le Département de physique nucléaire et corpusculaire de l'Université de Genève (UNIGE) organise une exposition intitulée « L'UNIGE dans l'espace... à la chasse des astroparticules »,  du 18 août au 30 septembre, à la Salle d'exposition de l'UNIGE  (SEU, Uni Carl Vogt). La chasse aux astroparticules vise à en savoir un maximum sur les origines des rayons cosmiques, les associer aux sources astrophysiques connues ou identifier des sources non conventionnelles comme la matière sombre ou des résidus d'antimatière. 

Mesurer les rayons cosmiques, la fraction des positrons pour discuter un modèle qui contribue à expliquer la matière sombre ?

Pour se préparer et mieux profiter de l'expo (ou pour ceux qui ne peuvent pas venir…ou pour approfondir après !)  le prof. Martin Pohl propose aux abonnés Expériment@l un article dans Europhysics News
Pour vous donner envie voici quelques éléments à titre d'apéritif pour vous inciter à aller lire l'article entier ici.pdf ( c'est l'effet -Tremplins)
Abstract  : "More than 100 years after the discovery of cosmic rays by Victor Hess, our knowledge of their sources and transport is still rather rudimentary. This does not only concern the astrophysical phenomena, which create and accelerate charged particles, but also the potential role of particle physics and cosmological mechanisms."
Avec AMS, les chercheurs étudient notamment la fraction de positrons et montrent qu'ils ne viennent pas d'une direction priviliégiée  " The positron-to-electron ratio shows no anisotropy [3] indicating the energetic positrons are not coming from a preferred direction in space. Together, these features show evidence of new physics phenomena. Even with the high statistics, 6.8 million events, and the accuracy of AMS, the fraction shows no fine structure.cf figure 1

Fig 1: The positron fraction measured by AMS demonstrates excellent agreement with the simple model described in the text. It shows no fine structure. [img] source Pohl, M. (2014) 
Cela devrait permettre à terme de déterminer si ce spectre provient de la collision de particules de matière sombre ou de pulsars dans la galaxie "The exact shape of the spectrum as shown in Fig. [1], extended to higher energies,will ultimately determine whether this spectrum originates from the collision of dark matter particles or from pulsars in the galaxy."

Pour en savoir plus l'article est ici.pdf et donne des références à d'autres articles passionants

Les projets

Il y a aussi des sites web qui introduisent ces projets:
- pour DAMPE : dpnc.unige.ch/dampe/


Fig 2: Le détecteur AMS. situé à plus de 400km au-dessus de la terre, récolte des données sur les rayons cosmiques primordiaux qui traversent le détecteur.  [img] source Pohl, M. (2014) 
Depuis de nombreuses années déjà, la Suisse est une partenaire essentielle dans les recherches en astrophysique. Pionnière dans ce domaine dès le début du 20ème siècle, membre fondateur des grandes organisations spatiales européennes, conceptrice d'instruments scientifiques de pointe, la Suisse développe et exporte son savoir-faire jusqu'au tréfonds de l'Univers.

Une exposition ouverte au public, des conférences !

Divers évènements entourent cette exposition ouverte au public et gratuite. Outre les visites guidées (mardi 25 août et jeudi 27 septembre de 12h30 à 13h30, sur inscription), le lancement du détecteur d'astroparticules « POLAR » sera retransmis en direct dimanche 18 septembre à la SEU (heure à définir en fonction des conditions météorologiques), puis rediffusé en continu au sein de l'exposition. Le jeudi 15 septembre, une visite du centre de contrôle de l'Alpha Magnetic Sprectrometer (AMS), seul centre de contrôle hors NASA relié à la Station Spatiale Internationale, sera organisée au CERN de 12h à 14h (sur inscription, places limitées). Enfin, le Prix Nobel de physique Samuel Ting donnera une conférence intitulée « The Cosmos is the Ultimate Laboratory », le mardi 27 septembre à 18h30 à l'auditoire du Musée d'Ethnographie de Genève (sur inscription, place limitées).
si vous n'arrivez pas à lire ce message correctement, cliquez ici pour l'ouvrir dans votre navigateur.
Le professeur Martin Pohl et son groupe «AMS et POLAR»
du Département de physique nucléaire et corpusculaire
ont le plaisir de vous inviter au vernissage de l'exposition
«L'UNIGE dans l'espace…
A la chasse des astroparticules»

Une exposition sur le rayonnement cosmique du Département de physique nucléaire et corpusculaire
Le jeudi 18 août à 18h30 à la SEU - Salle d'exposition de l'Université
(Uni Carl Vogt, 66 bd Carl-Vogt)

et aux événements suivants:
Visites guidées
- de l'exposition, jeudi 25 août et mardi 27 septembre, de 12h30 à 13h30 | Inscription >>
- du centre de contrôle d'AMS au CERN, jeudi 15 septembre, de 12h00 à 14h00 | Inscription >>
Retransmission en direct du lancement du détecteur d'astroparticules «POLAR» vers une orbite proche de la Terre
- Dimanche 18 septembre, SEU, sans inscription
(l'horaire sera indiqué sur www.unige.ch/-/astroparticules)
Conférence du prix Nobel de physique Samuel Ting (en anglais)
- Mardi 27 septembre à 18h30, auditoire du Musée d'ethnographie de Genève (MEG) | Inscription >>
____________________________
Le projet AMS (Alpha Magnetic Spectrometer) a bénéficié du savoir faire de pointe du Département de physique nucléaire et corpusculaire (DPNC) de l'UNIGE. Un spectromètre de grande sensibilité et de haute résolution a été construit à cet effet et est installé depuis 2011 sur la Station spatiale internationale (ISS). Le DPNC a été en charge de la conception du détecteur de traces, dispositif qui se trouve au cœur du prototype AMS 01 et du modèle de vol AMS 02. Le but de cette recherche, que les physiciens de l'UNIGE suivent de très près en s'impliquant aussi dans l'analyse scientifique des données, est d'améliorer la connaissance des particules observées directement dans l'espace.
Les physiciens du monde entier se demandent encore où est passée l'antimatière. En fait, la théorie du Big Bang implique que matière et antimatière étaient également abondantes à l'origine de l'Univers. Jusqu'à maintenant on a pu exclure la présence de grandes quantités d'antimatière dans le voisinage de notre amas de galaxies. Mais qu'en est-il ailleurs? La chasse aux astroparticules vise à détecter la moindre trace d'antimatière primordiale… si elle existe encore et si… nous parvenons à construire et faire partir des détecteurs à sa rencontre… au milieu de l'Univers!




vendredi 1 juillet 2016

les parasites qui manipulent le comportement de leur hôte pour les exposer au prédateur dont le parasite à besoin...

Un parasite pousse les chimpanzés dans les griffes des léopards !

Toxoplasma gondii modifie le comportement des chimpanzés : au lieu de fuir l'odeur  de leur principal prédateur (notamment de son urine ), le léopard, les singes infectés par ce parasite sont attirés vers le félin. Or le parasite ne peut fermer son cycle vital que chez ce prédateur. Nous vous proposerons des extraits des articles scientifiques d'où ces savoirs proviennent, Nous vous faciliterons l'accès aux articles pour permettre aux scientifiques que vous êtes d'approfondir- c'est ce qui caractérise ces Tremplins. Nous présenterons aussi quelques autres exemples de parasites qui manipulent le comportement de leur hôte, évoquerons quelques vulgarisations sensationnalistes. Nous discuterons un peu les obstacles conceptuels que ces curiosités écologiques révèlent peut-être auprès du public et des élèves.

Les "Zombies" dans Science et Vie Junior

Sous un titre accrocheur " les zombies sont parmi nous" un dossier dans Science et Vie Junior (mai 2016) extraits intranet.pdf évoque et illustre magnifiquement (cf. Fig 1) ces manipulations du comportement du chimpanzé par le parasite Toxoplasma gondii
L'article d'origine semble être Poirotte, C., et al. (2016) ici. (Les membres Expériment@l peuvent accéder à ces textes)  Les BD semblent provenir de National Geographic. ici

Fig 1: Toxoplasma gondii modifie le comportement des chimpanzés. ils sont attirés par le félin. [img] source Science et Vie Junior Mai 2016


Un parasite inoffensif et une curiosité du monde animal...

Science et Vie du même mois (extraits-intranet.pdf) discute aussi ce thème curieux de l'écologie des parasites , mais évoque la possibilité - inquiétante - du changement de comportement humain de ce parasite qui infecte très fréquemment les humains à partir de chats  : la prévalence de de l'infection est de 30% selon Flegr, J. (2013).
Poirotte, C., et al. (2016) indiquent que les humains infectés trouvent l'odeur d'urine de chat plaisante alors que les non-infectés l'estiment déplaisante. "infected men rate cat urine, but not tiger urine, as pleasant while non-infected men do not ". 
Kaushik, M., Knowles, S. C. L., & Webster, J. P. (2014). ici (Les membres Expériment@l peuvent accéder à ces textes) indiquent que ce même parasite manipule le comportement des rats et fait qu'ils recherchent l'odeur du chat !
On avait jusque récemment déclaré cette infection sans problèmes apparents sauf durant la grossesse "La toxoplasmose est l'une des affections parasitaires les plus fréquentes. Si elle est généralement bénigne, sa survenue pendant la grossesse peut être grave en raison du risque de lésions du système nerveux central du fœtus" selon Doctissimo . Cela pourrait être en train de changer...

...ou un parasite qui rend mentalement mou et plus vulnérable ?

En effet les humains infectés subissent des effets sur la personnalité et la concentration, les temps de réaction. "T. gondii induces behavioral modifications such as personality changes, prolonged reaction times and decreased long-term concentration." selon Poirotte, C., et al. (2016) ici (Les membres Expériment@l peuvent accéder à ces textes) 
En se référant à Flegr, J. (2013). Dans un article au titre provocant "How and why Toxoplasma makes us crazy"  Ce dernier indique que cette infection pourrait avoir des effets dramatiques sur la santé mentale et des effets sur les accidents de la route et au travail ainsi que les suicides. Il évoque la possibilité que cette modification du comportement rendrait plus vulnérables aux prédateurs félins de notre passé évolutif ceux qui sont infectés ""At least some of these effects, […] are products of manipulation activity by Toxoplasma aiming to increase the probability of transmission from intermediate to definitive host through predation."Flegr, J. (2013) ici  (Les membres Expériment@l peuvent accéder à ces textes)

Le lien entre des troubles du comportement humain et parasite est renforcé par d'autres recherches montrant que  les anti-parasitaires ( contre T. gondii)  semblent avoir les mêmes effets que les antidépresseurs sur certaines désordres affectifs fréquents  humains comme la dépression (Webster, J.,et al., 2006) ici (Les membres Expériment@l peuvent accéder à ces textes) 

Et les mécanismes sous-jacents ?

Flegr, J. (2013) évoque - sans donner de détails-   un mécanisme possible pour ces effets sur le psychisme  "…these effects, possibly mediated by increased dopamine and decreased tryptophan…"Flegr, J. (2013) ici  (Les membres Expériment@l peuvent accéder à ces textes) .
Pour un biologiste l'idée que la dopamine puisse - libérée au bon endroit - influencer les temps de réaction, la concentration et la personnalité, est facile à imaginer On l'on sait que ce neurotransmetteur est au coeur des mécanismes qui motivent (au sens psychologique : incitent à l'action et l'orientent (Myers, D. G., 1998)).
Mais cette hypothèse plaisante ne semble pas avoir pu être vérifiée de manière indiscutable et les auteurs discutent ces modèles avec circonspection et en indiquent les limites. Comme souvent la vulgarisation transforme cette prudence des scientifiques en certitude. Science et Vie (extraits-ici) adopte un ton assez affirmatif en indiquant que les kystes se retrouvent dans l'amygdale, et suggèrent que cela explique le lien entre peur et odeur. Les lecteurs trouveront de nombreux exemples dans la presse qui sont bien plus affirmatifs. Et ceux qui enseignent seront bien empruntés pour ne pas tomber dans les affirmations simple dans des enseignements surchargés... ? la question de la vérité dans l'enseignement des sciences est une vaste question sur laquelle nous reviendrons ...

Poulin (2010) ici dans cet excellent review est très prudent  :  "The mechanisms used by parasites to alter host behavior following infection remain perhaps the least understood aspect of host manipulation by parasites. Once an animal acquires a parasite, existing behavior patterns are changed, or novel behaviors are manifested, via either direct or indirect mechanisms (Lefèvre et al., 2009a; Thomas et al., 2005). Parasites may directly secrete neuroactive substances causing a change in host behavior, or the presence of the parasite may indirectly influence or interfere with host biochemical pathways, leading coincidentally to a change in host behavior. " Poulin, R. (2010) p. 176 (Les membres Expériment@l peuvent accéder à ces textes) Il évoque des neuromédiateurs dans certains cas, mais le mécanisme d'action reste à élucider semble-t-il."For example, the trematode Schistosoma mansoni secretes opioid peptides into its host, thus influencing both host immunity and neural function." Poulin, R. (2010) p. 176
Des prix Nobel à faire pour nos élèves en élucidant ces mécanismes ?

une perspective évolutionniste.

"En biologie rien n'a de sens si ce n'est à la lumière de l'évolution" disait Dobzhansky (1973). Les explications basées sur la méchanceté du parasite, sa ruse, sa perversité, l'innocence de la pauvre vicitme, sont donc non-pertinentes (ou plutôt elles nous disent quelque chose sur notre vision du monde et nos explications spontanées où l'intentionnalité et le finalisme semblent être profondément ancrés (Coley, J. D., & Tanner, K.,2015) ici).

Voyons plutôt quelques extraits de ce que proposent les spécialistes pour vous faire envie de lire plus... (Tremplins ;-)

Que ces changements de comportements soient de simples effets secondaire pathologiques de l'infection est peu plausible selon Poulin, R. (2010). Il discute comment ces modifications - qui conduisent les hôtes dans lesquels ils sont à la mort - ont pu produire plus de descendants chez le parasite, malgré l'exposition de l'hôte manipulé à des risques accrus.




Fig 2: Curtuteria australis - manipule le comportement de son hôte ce qui l'expose à la prédation par l'hôte final et augmente le taux de transmission - même si cela augmente les pertes avec d'autres prédateurs . [img] source Poulin (2010)

Poulin, et al.  (2010) suggèrent qu'intervenir dans les mécanismes existants de régulations du comportement serait particulièrement efficace en termes d'investissement du parasite vs. transmission accrue.
"In particular, parasites that specifically target host compensatory responses could thus make use of existing host mechanisms to meet their own transmission needs without overly compromising host fitness (Lefèvre et al., 2008 and Lefèvre et al., 2009a). Vector-borne parasites, for instance, are known to change the feeding behavior of their vector, for example, increasing its probing rate, in ways that make parasite transmission more likely (Hurd, 2003, Moore, 1993 and Rogers & Bates, 2007).
Plus loin Poulin, et al.  (2010) mentionnent le cas d'un parasite (plasmodium gallinaceum) qui diminue la capacité de son hôte (le moustique Aedes aegypti) à trouver où piquer, ce qui réduit la fécondité et les pousse à piquer plus la récupérer :
" In addition, vectors also usually incur a reduction in fecundity when they harbor parasites (Hurd et al., 1995). However, when malaria-infected mosquitos are allowed to bite more hosts per unit time (the consequence of manipulation by the parasite), they recover their normal fecundity (Rossignol et al., 1986
ici (Les membres Expériment@l peuvent accéder à ces textes) )."

Pourquoi c'est tellement troublant qu'un parasite manipule le comportement de son hôte - humain ?

Qu'un parasite cause du tort - peu ou prou - à son hôte  est facile à concevoir. Que le parasite Schistosoma cause des troubles comme des saignements urinaires ou des troubles intestinaux, est facile à imaginer.

Que son proche parent dans nos lacs Trichobilharzia - appelé "puce de canards" - gâte nos baignades dès que l'eau atteint enfin une température agréable ne surprend guère. Pour un review, cf Soldánová, et al. (2013). ici.

Il cause une réaction du système immunitaire - médiée par les IgE - contre les parasites (celui dont les déclenchemnents intempestifs cause l'allergie : cf. IgE-mediated activation of accessory cells has an important role in resistance to parasite infection.).
Que cela produise des démangeaisons lors des contacts ultérieurs est bien désagréable mais ne remet pas en cause nos conceptions de l'esprit et du corps.

Fig 3: Des cercaires de  Trichobilharzia issu d'un mollusque recherchent un oiseau lacustre et atteignent parfois accidentellement un nageur. [img] source Soldánová, et al. (2013).

Que le parasite puisse manipuler le comportement de son hôte -surtout humain ! - d'une manière qui mette sa vie en grand danger est plus difficile à concevoir et plus troublant.

Ce coté troublant explique peut-être la couverture médiatique actuelle à la recherche de sensationnalisme ; Science et Vie junior parle de "Zombie", 

Dans le fond pourquoi est-ce si choquant ?

Pourquoi est-il si surprenant qu'un parasite manipule notre comportement ? Peut-être parce que cela met en cause la séparation entre le corps et l'esprit (dualisme) ? Accepter que la motivation, celle qui incite à savourer des oeuvres littéraires ou philosophiques soit liée à un neurotransmetteur particulier est plus facile pour un biologiste, probablement. Dans ce modèle on imagine assez facilement que si un parasite perturbe ce circuit de la dopamine il manipule nos envies et oriente nos actions. Pourtant les drogues comme le tabac ou l'alcool ont bien cet effet !

Peut-être est-ce troublant parce que cela semble remettre en question le libre arbitre si important pour les adolescents en quête de leur autonomie ? Ce parasite nous conduirait à faire ce que nous n'avons pas voulu ou à ne pas faire ce que nous avons voulu.Pourtant les drogues comme le tabac ou l'alcool ont bien cet effet !

Les lecteurs qui auraient connaissance de textes sur ces points pourraient commenter dans Bio-Tremplins | Expériment@l ou simplement nous écrire et nous reporterons sur les plateformes.

Gageons que ces étranges manipulations du comportement par le parasite pourront stimuler des débats en classe sur les questions des fondements biologiques du comportement, sur le libre arbitre, sur les désordres psychologiques,  sur les cycles parasitaires, sur l'importance des hôtes intermédiaires pour l'adaptation des parasites, et sans doute bien d'autres.

D'autres exemples :

Le trematode qui rend les fourmis suicidaires et les ruminants... formicivore ?

Un autre cas étonnant : celui de Dicrocoelium dendriticum dont les métacercaires manipulent le comportement des fourmis infestées : elles grimpent alors au sommet des herbes et leurs mandibules restent bloquées fermées pour la nuit. Ainsi elles sont plus facilement ingérées par les herbivores.

Life Cycle

Fig 4: Dicrocoelium dendricitum manipule le comportement des fourmis,  ce qui les rend plus facilement ingérés par les herbivores. [img] source CDC
Ruminants are the usual definitive hosts for Dicrocoelium dendricitum, although other herbivorous animals, carnivores, and humans can serve as definitive hosts. Embryonated eggs are shed in feces . The eggs are ingested by a snail . Many species of snail may serve as the first intermediate host, including Zebrina spp. and Cionella spp. When the miracidia hatch , they migrate through the gut wall and settle into the adjacent vascular connective tissue, where they become mother sporocysts . The sporocysts migrate to the digestive gland where they give rise to several daughter sporocysts. Inside each daughter sporocyst, cercariae are produced . The cercariae migrate to the respiration chamber where they are shed in slime ball from the snail . After a slime ball is ingested by an ant, the cercariae become free in the intestine and migrate to the hemocoel where they become metacercariae . Many ants may serve as the second intermediate host, especially members of the genus, Formica. After an ant is eaten by the definitive host , the metacercariae excyst in the small intestine. The worms migrate to the bile duct where they mature into adults . Humans can serve as definitive hosts after accidentally ingesting infected ants .

>
Fig 5: Dicrocoelium dendricitum manipule le comportement des fourmis,  ce qui les rend plus facilement ingérés par les herbivores. [img] source USCDC

Les nématomorphes, qui poussent des insectes à "se suicider" dans l'eau pour boucler leur cycle de vie.

Le Leucochloridium...  qui infecte les tentacules des escargots

http://sweetrandomscience.blogspot.ch/2013/06/10-histoires-de-zombies-le-parasite.html

Le ménage à trois où une coccinelle (Coleomegilla maculata) infectée par un virus protège la pupe d'une guêpe parasite (Dinocampus coccinellae)

  • Dheilly, N. M., Maure, F., Ravallec, M., Galinier, R., Doyon, J., Duval, D., … Mitta, G. (2015). Who is the puppet master? Replication of a parasitic wasp-associated virus correlates with host behaviour manipulation. Proceedings of the Royal Society of London B: Biological Sciences, 282(1803), 20142773. http://doi.org/10.1098/rspb.2014.2773
  • Zimmer, Carl. (2015) Parasitic Wasps Infected with Mind-Controlling Viruses. National Geographic, (2015, février 11). Consulté 30 juin 2016, à l'adresse http://phenomena.nationalgeographic.com/2015/02/10/parasites-within-parasites/
(Selon Patrick Schmitz, il semble que c'est dans cette édition que sont parues les versions originales des BDs de Science et Vie)

Références


  • Barnéoud, Lisa. (2016), Toxoplasma gondii, le parasite qui pousse à faire des rucs dingues, Science et Vie, Mai 2016 pp. 70-74 extraits-intranet.pdf
  • Dobzhansky, T. (1973). Nothing in biology makes sense except in the light of evolution. American Biology Teacher, 35(3), 125-129.
  • Coley, J. D., & Tanner, K. (2015). Relations between Intuitive Biological Thinking and Biological Misconceptions in Biology Majors and Nonmajors. CBE-Life Sciences Education, 14(1), ar8. http://doi.org/10.1187/cbe.14-06-0094
  • Flegr, J. (2013). How and why Toxoplasma makes us crazy. Trends in Parasitology, 29(4), 156‑163. http://doi.org/10.1016/j.pt.2013.01.007
  • Goubet, Fabien. (2016)  un parasite pousse les chimpanzes dans les griffes des leopards, Le Temps extraits-intranet.pdf
  • Kaushik, M., Knowles, S. C. L., & Webster, J. P. (2014). What Makes a Feline Fatal in Toxoplasma gondii's Fatal Feline Attraction? Infected Rats Choose Wild Cats. Integrative and Comparative Biology, 54(2), 118‑128. http://doi.org/10.1093/icb/icu060
  • Myers, D. G. (1998). Psychologie: Flammarion.
  • Poulin, R. (2013). Parasite manipulation of host personality and behavioural syndromes. Journal of Experimental Biology, 216(1), 18‑26. http://doi.org/10.1242/jeb.073353
  • Poulin, R. (2010). Chapter 5 - Parasite Manipulation of Host Behavior: An Update and Frequently Asked Questions. In T. J. R. H. Jane Brockmann Marc Naguib, Katherine E.Wynne-Edwards, John C.Mitani and Leigh W.Simmons (Éd.), Advances in the Study of Behavior (Vol. 41, p. 151‑186). Academic Press. Consulté à l'adresse http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0065345410410050
  • Poirotte, C., Kappeler, P. M., Ngoubangoye, B., Bourgeois, S., Moussodji, M., & Charpentier, M. J. E. (2016). Morbid attraction to leopard urine in Toxoplasma-infected chimpanzees. Current Biology, 26(3), R98‑R99. http://doi.org/10.1016/j.cub.2015.12.020
  • Rossignol, P. A., Ribeiro, J. M., & Spielman, A. (1986). Increased biting rate and reduced fertility in sporozoite-infected mosquitoes. The American Journal of Tropical Medicine and Hygiene, 35(2), 277‑279.http://europepmc.org/abstract/med/3953943
  • Peyrières, Carine. (2016) Les animaux zombies, Science et Vie junior mai 2016extraits intranet.pdf
  • Soldánová, M., Selbach, C., Kalbe, M., Kostadinova, A., & Sures, B. (2013). Swimmer's itch: etiology, impact, and risk factors in Europe. Trends in Parasitology, 29(2), 65‑74. http://doi.org/10.1016/j.pt.2012.12.002
  • Webster, J. ., Lamberton, P. H. ., Donnelly, C. ., & Torrey, E. . (2006). Parasites as causative agents of human affective disorders? The impact of anti-psychotic, mood-stabilizer and anti-parasite medication on Toxoplasma gondii's ability to alter host behaviour. Proceedings of the Royal Society B: Biological Sciences, 273(1589), 1023‑1030. http://doi.org/10.1098/rspb.2005.3413
  • Dheilly, N. M., Maure, F., Ravallec, M., Galinier, R., Doyon, J., Duval, D., … Mitta, G. (2015). Who is the puppet master? Replication of a parasitic wasp-associated virus correlates with host behaviour manipulation. Proceedings of the Royal Society of London B: Biological Sciences, 282(1803), 20142773. http://doi.org/10.1098/rspb.2014.2773
  • Zimmer, Carl. (2015) Parasitic Wasps Infected with Mind-Controlling Viruses. National Geographic, (2015, février 11). Consulté 30 juin 2016, à l'adresse http://phenomena.nationalgeographic.com/2015/02/10/parasites-within-parasites/
  •  Zimmer, Carl. (2015) Mindsuckers,  National Geographic, (2014, novembre). Consulté 30 juin 2016, à l'adresse http://ngm.nationalgeographic.com/2014/11/mindsuckers/zimmer-text

Remerciements

Nous remercions pour leurs précieuses suggestions, références et relectures Christian Lavorel, Fabrice Pittet, Patrick Schmitz, Laura Weiss, Bruno Strasser
--

mercredi 8 juin 2016

Conférence « Le Big Bang et après, la place de l'homme dans l'Univers »


Les limites entre mysticisme, religion et sciences sont souvent une question délicate pour les enseignants et parfois débattues en classe. 

Certains voient d'un bon oeil les rapprochements, d'autres considèrent important de bien marquer la spécificité de la manière de valider les savoirs scientifiques. 

Cette conférence sera sans doute très suivie et s'inscrit dans une position de rapprochement qui peut être perçue comme un signe d'ouverture par certains ou de prosélytisme pour une religion par d'autres.
Chacun se fera son opinion. 

 
Depuis 1543, lorsque Copernic déloge la Terre de sa place centrale dans l'univers, les découvertes scientifiques n'ont cessé de rapetisser la place de l'homme dans le cosmos, à la fois dans l'espace et dans le temps. Pour Trinh Xuan Thuan, on assiste alors à un désenchantement du monde, faisant écho au fameux cri d'angoisse de Pascal: "Le silence éternel des espaces infinis m'effraie."
Révélant l'ancienne alliance entre l'homme et le cosmos – nous sommes tous des poussières d'étoiles – la cosmologie moderne a, selon le professeur Thuan, au contraire ré-enchanté le monde. Elle démontrerait comment l'univers a été réglé de façon extrêmement précise pour permettre l'émergence de la vie et de la conscience. Selon l'astro-physicien, "si l'univers est si grand, c'est pour accommoder la présence d'un observateur qui va s'émerveiller devant sa beauté, son harmonie et sa complexité, et lui donner un sens."
La conférence est organisée en partenariat avec la Fondation Yves et Inez Oltramare.

Le Big Bang et après: la place de l'homme dans l'univers

Conférence de Trinh Xuan Thuan, professeur d'astronomie, Université de Virginie

Mardi 14 juin 2016, 18h30

Uni Dufour, 24 rue Général Dufour, 1204 Genève




Vous pouvez vous préparer pour cette conférence - ou approfondir après - en consultant ces articles sélectionnés pour vous

mercredi 1 juin 2016

Un colloque international pour discuter de l'enseignement de la génétique à Genève !

Les 2 et 3 juin un colloque réunira plusieurs des meilleurs spécialistes en éducation à la génétique pour discuter de son enseignement dans un monde en changement constant et où la génétique ouvre des immenses potentiels (tests génétiques, DPI, médecine personnalisée, séquencage de masse,  etc. )

  • Les résultats d'une consultation d'experts il y a quelques années seront discutés (Dirk Jan Boerwinkel (Utrecht University), Anat Yarden (Weizmann Institute of Science) & Arend Jan Waarlo (Utrecht University))
  • Stylianos Antonarakis (University of Geneva, founding director of Institute of Genetics and Genomics of Geneva and President of Human Genome Organization)
  • Les interactions entre modélisation argumentation dans l'explication des maladies génétiques  par  María Pilar Jiménez-Aleixandre, Noa Ageitos & Blanca Puig (University of Santiago de Compostela)
  • la place de bioinformatique pour enseigner l'informatique  Anat Yarden & Michal Haskel-Ittah (Weizmann Institute of Science)
  • Une progression raisonnée des concepts de la génétique développée et testée  Ravit Golan Duncan (Rutgers University)
 Et de nombreux autres .. (voir le programme ci-dessous )  apporteront un éclairage précieux sur ces questions qui bousculent les certitudes, suscitent de nombreuses questions d'élèves et remettent en question les programmes à peine sont-ils établis.

Bio-Tremplins a obtenu que  workshop (en anglais) soit ouvert aux enseignants, c'est gratuit, (mais les frais de repas etc ne sont cependant pas pris en charge.)

Il faut s'inscrire auprès de Kostas Kampourakis <Kostas.Kampourakis@unige.ch> en précisant quelle partie on souhaite suivre.


Workshop Programme "Future Directions in Genetics Education"
Time
Thursday June 2, 2016 UniMail Room M 1193
8:45-9:00
Welcome introduction
9:00-11:00

Reaching a consensus on the definition of genetics literacy required by a 21st century citizen - Dirk Jan Boerwinkel (Utrecht University), Anat Yarden (Weizmann Institute of Science) & Arend Jan Waarlo (Utrecht University)
Genetic determinism, human intuitions, and genetics literacy - Kostas Kampourakis, Florian Stern, Bruno Strasser & Andreas Müller (University of Geneva)

11:00-11:30
Coffee break
11:30-13:30

Contrasting the roles of scale and context in the assessment of genetic and evolutionary understanding - Ross Nehm (Stony Brook University)
Exploring the relationship between genetic determinism and people's knowledge about genetics and genomics: The Public Understanding of Genetics and Genomics (PUGGS) project - Niklas Gericke (Karlstad University)

13:30-15:00
Lunch break
15:00-17:00

Building and validating tools for assessing Public Understanding of Genetics and Genomics (PUGGS) - Jérémy Castéra (University Aix-Marseille) & Rebecca Carver (Norwegian Institute of Public Health)
Are students' attitudes towards new gene technologies influenced by their knowledge of modern genetics and genomics? - Rebecca Carver (Norwegian Institute of Public Health)

17:00-17:30
Coffee break
17:30-19:00
Genome variation and human disorders
Stylianos Antonarakis (University of Geneva, founding director of Institute of Genetics and Genomics of Geneva and President of Human Genome Organization)
Workshop Programme
"Future Directions in Genetics Education"
Time
Friday June 3, 2016 UniMail Room M R040
9:00-11:00

Didactic transposition in genetics: an evolutionary perspective - François Lombard (University of Geneva)
Exploring a learning progression in genetics - Ravit Golan Duncan (Rutgers University)

11:00-11:30
Coffee break
11:30-13:30

Learning high school genetics using a computational environment that combines three conceptual models - Anat Yarden & Michal Haskel-Ittah (Weizmann Institute of Science)
Examining the interplay between argumentation and modeling in the construction of causal explanations about genetic diseases - María Pilar Jiménez-Aleixandre, Noa Ageitos & Blanca Puig (University of Santiago de Compostela)

13:30-15:00
Lunch break
15:00-17:00

Pre-service teachers' professional knowledge on genetics and its relevance for teaching biology at school - Ute Harms (University of Kiel)
Gene concepts in international higher education cell and molecular biology textbooks - Neima Alice Menezes Evangelista & Charbel N. El-Hani (Federal University of Bahia)

17:00-17:30
Coffee break
17:30-19:00
Round table
19:30
Workshop Dinner